Les Meilleurs Quartiers de Miami



Poussez les portes de l'exceptionnel dans des villes aux noms évocateurs tels que Miami Beach, Fort Lauderdale ou encore West Palm Beach. Dans le cadre de votre projet immobilier de luxe, venez découvrir le prestige et le raffinement de la Côte Est de la Floride.

+ de 5895 propriétés disponibles sur Miami

 

Miami Luxury Villa

A votre écoute, notre équipe de professionnels Francophones met à votre disposition son expérience en immobilier de luxe à Miami afin de vous conseiller et trouver la propriété de vos rêves : Maisons et villas de luxe, Condominiums de prestige, Locations de propriétés et appartements de luxe.

Miami est en pleine expansion, ça n’est plus la ville saisonnière connue des touristes du monde entier, mais une ville qui vit à plein temps et à 100 à l’heure. South Beach vit aux rythmes endiablés de la Samba est reste la ville balnéaire par excellence !

Mais tout a changé depuis environ 5 ans, le quartier de Brickell est en plein essor avec plus de 20 nouveaux buildings et plus de 8000 appartements.
Le quartier d'Edgewater compte lui aussi plus de 3000 nouveaux appartements. Miami devient le New York Floridien, où les jeunes éduqués se bousculent et les retraités découvrent les musées et les quartiers insolites. De magnifiques centres commerciaux viennent se glisser au milieu de ces édifices, comme le Brickell City Center ou le Miami World Center.

Et puis Miami s'intéresse à l'art, avec le quartier de Wynwood et ses murs peints, la coqueluche des locaux qui se ruent dans ces petits bars à bières ou ces restaurants des plus originaux. Mais aussi l'ouverture du musée Perez, du musée des sciences, du musée Frost ou du musée pour enfants. Sans oublier l'Adrienne Arsht Center qui offre des représentations de Ballet, Symphonie, Opéra et Pièces de Théâtre.
Miami est aussi la ville qui accueille le plus grand nombre de bateaux de croisière avec plus de 4 millions de passagers.

Avant de vous décider sur l'achat d'un bien, nous vous ferons découvrir ces quartiers, nous vous assisterons dans les démarches à suivre pour faire un bon investissement avec toutes les cartes en main et tous le support nécessaire.

Miami Luxury Villa, avec vous de A à Z !




Questions Fréquentes

Questions Fréquentes

1Quelles sont les formalites d’entrée aux USA ?
2Quelles sont les différents visa pour un investisseur ?
Le visa E-1 Il est nécessaire pour monter une affaire commerciale (achat/vente de produits, services, tourisme, transport, assurance…).
L’affaire d’échange international de biens, de services ou de technologie réalise plus de 50% de son activité commerciale entre les Etats-Unis et son pays d’origine (qui doit être signataire d’un traité de navigation avec les Etats-Unis, comme la France).

Le visa E-2 Il faut Créer et investir un montant substantiel dans une entreprise américaine. Investir dans une entreprise américaine (nouvelle ou déjà existante), un montant suffisamment élevé qui garantit efficacement son fonctionnement et son développement. Il faut prouver que l’on détient au moins 50% des parts de l’entreprise, ou que l’on dispose d’un poste de direction au sein de l’entreprise.
Valide de 2 à 5 ans, renouvelables indéfiniment, à condition que l’activité créé des emplois et soit en règle avec ses déclarations fiscales et sociales.

Les visas touristiques ou de visites d’affaires

Les visas de travail temporaire: Les visas concernés sont les visas H-1A, H-1B, H-2A, H-2B, H-3, H-4, L, L-2 et Q. Certains sont très spécifiques, d’autres sont largement utilisés. Ainsi, les visas H-1B sont les visas de travail les plus demandés et la division de l’immigration américaine impose certains quotas (pas plus de 65 000 par an pour les détenteurs d’un Master et 20 000 supplémentaires pour certaines exceptions).

Les visas H-1B/1B2/1B3
– H1B est pour les détenteurs d’un diplôme de niveau universitaire ;
– H-1B2 est pour les personnes spécialisées dans le domaine de la recherche et de la production ;
– H-1B3 est pour les mannequins qui disposent de qualités et talents remarquables.
Il faut prouver que l’on a des compétences particulières dans les domaines de l’architecture, l’ingénierie, les mathématiques, les sciences ou la médecine. On a un « College or advanced Degree » (diplôme d’études supérieures).
Bon à savoir : si vous êtes peu diplômé, rien n’est perdu ! Les services d’immigration américains considèrent que 3 ans d’expérience professionnelle dans un domaine particulier équivalent à 1 année d’étude. Valide 3 ans, renouvelable une fois ; il peut ensuite déboucher sur l’obtention d’une carte verte.

Le visa L Créé pour ses managers ou membres de l’exécutif d’une société multinationale implantée à la fois aux Etats-Unis et à l’étranger.
Il faut avoir un poste de direction, de cadre, ou on dispose de connaissances particulières dans une branche, une filiale, ou l’entreprise mère d’une entreprise implantée aux Etats-Unis.
Valide entre 5 et 7 ans, selon le poste.

Les visas O-1A/1B – O-1A pour les individus ayant des capacités extraordinaires en sciences, éducation, monde des affaires ou en sport.
– O-1B ceux ayant des capacités extraordinaires dans le domaine des arts, ou une réussite exceptionnelle dans celui des films ou de l’industrie télévisuelle.
Ressortez votre Grammy Awards, votre Prix Nobel, et toutes les coupures de presse dans le bulletin paroissial qui parlent de vous ; bref tout ce qu’on peut trouver qui atteste de vos talents exceptionnels et reconnus, à la fois nationalement et internationalement.
Valide 3 ans, renouvelables.
3Comment créer une LLC ?
  • Il faut dans un premier temps aller voir un expert-comptable, qui créera la LLC.
  • Il faut alors lui proposer 2 ou 3 noms pour la société, il vérifiera ensuite s’ils ne sont pas déjà pris.
  • Le comptable demandera alors pour vous l’EIN (Employer Identification Number), équivalent américain de ce que nous connaissons en France sous le nom de SIRET.
  • Une fois l’EIN acquis, il vous faudra ouvrir un compte bancaire au nom de la société. Lors de cette étape, il vous faut d’ailleurs être présent aux USA.
  • Pour ouvrir ce compte, vous aurez besoin des informations suivantes : passeport, justificatif de domicile en France, documents de la société et EIN.
  • Quels sont les délais à respecter ? Très important : il est préférable de créer la Limited Liability Company avant l’achat. Il existe toutefois une procédure lorsque l’achat est fait avant, pour l’intégrer ensuite à la société. Dans ce cas précis, il faut consulter son expert-comptable. Par ailleurs, 15 à 20 jours sont nécessaires pour créer une LLC aux USA et obtenir l’EIN.
4Quelles sont les différents types d’entreprises ?
La sole proprietorship
La sole proprietorship se rapproche de ce que nous connaissons en France sous le nom d’entreprise individuelle ou « autoentreprise ». Vous obtenez ainsi une structure juridique idéale pour les activités de taille réduite (travailler en freelance par exemple).

Vous vous retrouvez alors en autogestion : vous êtes responsable de vos dettes et imposé sur le revenu de votre sole proprietorship. Attention, dans certains états des USA elle est appelée DBA ou « Doing Business AS ».

La Corporation
Elle est l’équivalent de notre SA, Société Anonyme. Elle conviendra particulièrement aux investisseurs. Le nombre d’actionnaires n’est d’ailleurs pas limité : il peut être d’un seul actionnaire ou beaucoup plus. Par ailleurs, pour l’investisseur, le capital minimum n’est pas spécifié (certains états l’imposent toutefois…). Elle offre d’autres facilités comme l’absence de « commissaire aux comptes ». Il faut enfin savoir que la Corporation est soumise à l’impôt sur les sociétés (à moins que vous ne décidiez d’ouvrir un S-Corporation.)

La Limited Liability Company
Comme nous vous le disions plus haut, une LLC peut être composée d’un ou plusieurs associés. Pour ce qui est de la deuxième solution, sachez que la LLC peut être dirigée soit :
Par plusieurs de ses membres, Soit par un directeur, nommé par les associés. Les associés délèguent alors une partie de leurs pouvoirs à ce directeur.
Sachez également qu’en cas de constitution de de LLC à plusieurs, la responsabilité de chacun est proportionnelle à l’apport financier apporté par chaque associé. Il n’existe pas de taxe sur les revenus de la Limited Liability Company, l’imposition se fait au niveau du revenu des associés. On parle d’Individual Income Tax.

La partnership
Il existe 3 différents types de partnership :
Cette structure juridique est idéale pour une création d’entreprise aux USA à plusieurs. A partir de 2 associés, vous pouvez adopter le principe d’un partnership. Enfin, le capital de départ n’est pas imposé.

La Joint Venture
Elle permet de s’associer à plusieurs entreprises et d’effectuer une opération commerciale sous une seule et même entité. Cela peut s’appliquer à une opération ponctuelle ou qui s’étendra sur la durée. M Cet accord peut se présenter sous plusieurs formes:  partnership, LLC ou Corporation !
Réfléchissez-y, puisqu’en cas de co-entreprise, vous bénéficierez des atouts de vos associés, d’une plus grande facilité à pénétrer le marché américain et des coûts moindres au niveau des frais d’investissement.
La General Partnership
Cette structure est proche de la SNC : Société en Nom Collectif. Les associés doivent donc être au minimum deux : impossible pour un entrepreneur de créer tout seul un General partnership. Cette structure leur permet toutefois de partager les dettes et les responsabilités de l’entreprise. Il n’y a pas de distinction en rapport avec le capital apporté par chacun ici. Les droits, obligations et les pouvoirs sont partagés par les associés. En revanche, il est important de signaler que les bénéfices récoltés par chacun (ainsi que les pertes), sont liés aux statuts des associés au sein de l’entreprise.

La Limited partnership
Se raproche de la « société en commandite », qui n’est pas la structure la plus connue du grand public, mais qui ressemble toutefois fortement du Limited partnership. Là aussi, un minimum de 2 associés est imposé. Parmi eux, un doit tenir le rôle de « general partner » : en charge de l’entreprise, dont la responsabilité peut, par conséquent, être engagée. Cela veut aussi dire que l’autre ou les autres associés (les limited partners) ne jouent aucun rôle dans la gestion de l’entreprise. Leur responsabilité est limitée, en fonction de leur apport dans le capital.

Contactez un expert concernant mes besoins immobiliers